Avec son vélo connecté élégant et intelligent, Cowboy ambitionne d’améliorer la mobilité urbaine.

Bardé de technologies et vendu à un prix abordable (1990 €), le vélo électrique Cowboy arrive sur le marché français au printemps 2019.

Je vous propose de l’analyser ici.

avis velo electrique cowboy

Que vaut le vélo électrique Cowboy ?

Commençons par parler de la startup à l’origine du Cowboy.

Avec Karim Slaoui et Tanguy Goretti, Adrien Roose est l’un des trois fondateurs de la marque. Ce nom vous évoque quelque chose ? C’est parce qu’il gérait Take Eat Easy, société de portage de repas à domicile qui a mis la clé sous la porte en 2016. L’homme est du genre tenace : il s’obstine dans la voie de l’entrepreneuriat et lance la marque Cowboy avec ses associés en janvier 2017.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils n’ont pas perdu de temps.

Dès juillet 2017, ils remportent un award au salon Eurobike (le plus grand salon du vélo en Europe), puis un Red Dot Award récompensant le design audacieux du vélo. Le succès est au rendez-vous : 1000 exemplaires vendus en un peu plus de 6 mois.

Avril 2018 marque le lancement (exclusivement sur le marché belge) de leur premier modèle. Nouveau tournant en octobre 2018 dans la jeune histoire de Cowboy : une levée de fonds de 10 millions d’euros est bouclée. Une manne suffisante pour booster le développement de la société et permettre les premières embauches. Mais surtout de s’attaquer au marché européen dès le printemps 2019 : France, Allemagne, Royaume-Uni et Pays-Bas verront bientôt déferler la vague Cowboy.

Au fait, pourquoi ce nom ?

Les créateurs voulaient “un nom fun, une sorte de nouveau cheval mécanique”, invoquant un imaginaire de liberté, la sensation de dévorer les grands espaces… et de fuir les embouteillages, ont-ils détaillé dans une interview donnée au site guido.be

Passons au design du vélo !

Légèreté, autonomie et design épuré

velo cowboy

Cowboy : un vélo électrique minimaliste

Chez Cowboy, on en est convaincu : pour attirer un large public, le vélo électrique se doit d’être séduisant. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont mis les petits plats dans les grands. On ne peut pas le nier, sa robe noire tout en sobriété lui confère une rare élégance.

La fluidité de sa ligne est renforcée par l’absence de boutons et des feux subtilement intégrés au cadre. Au passage, un détail classieux : l’éclairage arrière fait office de feu stop si vous actionnez les freins.

Livré sans suspension ni garde-boue (même si l’on peut parfaitement en ajouter par la suite), le design du Cowboy va à l’essentiel. Même la batterie s’intègre discrètement sous la selle.

batterie velo cowboy

La batterie du vélo Cowboy intègre également un feu stop

Résultat, une légèreté assez incroyable pour un VAE : 16 kg sur la balance, dont 1,7 pour la batterie amovible. L’autonomie annoncée par Cowboy est de 50 km, pour 2 h 30 de charge mais certains témoignages parlent d’une autonomie réelle de 35 km en moyenne.

Continuons un peu notre analyse des technologies utilisées dans le Cowboy. (NON, nous ne sommes pas dans la série WestWorld…)

Cowboy bike, à la pointe de la technologie ?

En cohérence avec cette approche visuelle épurée, le vélo Cowboy se prend en main intuitivement. Pas de dérailleur, pas de vitesses, pas de commodo, le plaisir de “conduite” prime comme en témoigne ce test (à partir de 2:00) de la chaine locale Namuroise CANAL C :

Les concepteurs ont d’ailleurs poussé l’idée assez loin. Selon leur communiqué, l’assistance moteur “s’adapte intuitivement à votre style et à la vitesse à laquelle vous pédalez en amplifiant votre élan aux moments clés”.

Cela nous amène là où le Cowboy marque une vraie (r)évolution, c’est-à-dire sur le plan de l’innovation.

C’est bien simple : il s’agit d’un concentré de technologie. Rempli de capteurs, ce vélo électrique next gen s’appuie sur un tableau de bord bien spécifique : une appli mobile, développée en interne.

application cowboy velo

L’application Cowboy

Celle-ci centralise les données de navigation classique :

  • tracking GPS
  • historique des parcours
  • distance
  • vitesse moyenne
  • charge du vélo…

Elle remonte également des informations plus pratico-pratiques telles que la pression des pneus, les échéances d’entretien… Il est même possible de chatter avec la team Cowboy (le vélo est en effet connecté à Internet), pour effectuer par exemple un diagnostic à distance de l’état et des performances du VAE.

Vous vous demandez sûrement comment le vélo à assistance électrique Cowboy peut être vendu à ce prix (1990€) alors que la concurrence (à niveau équivalent) avoisine plutôt les 3000€ ?

Voyons ça dans la partie suivante.

Concept cohérent, production “maison”

Afin d’afficher un prix catalogue de 1990€, les gérants de Cowboy ont su, d’une part, mettre à profit leur expérience sur le plan software, un sérieux atout sur un vélo aussi techno. Le développement de l’application mobile Cowboy est ainsi entièrement internalisé.

D’autre part, l’entreprise mise sur la vente directe (via sa boutique en ligne) pour écouler ses deux-roues. Conception électronique en Belgique, celle du cadre en Chine, assemblage en Pologne : les coûts sont maîtrisés, au bénéfice final de l’acheteur.

Si le savoir-faire de Cowboy est avant tout d’ordre technologique, la fiche technique n’en présente pas moins des éléments qualitatifs : on trouve ainsi des freins à disque, des poignées en caoutchouc entourées de coton bio, ou encore une courroie en carbone, reliée au moteur de la roue arrière : un moteur présentant un couple de 30 Nm et qui, lui aussi, est conçu en interne.

Le vélo électrique Cowboy s’adresse à une clientèle urbaine, férue de technologies et à la recherche d’une expérience de mobilité basée sur le plaisir. Le tout recouvert d’un enrobage haut de gamme à un tarif contenu.

Si les retours d’utilisateurs confirment dans les prochains mois que la fiabilité est au rendez-vous, Cowboy pourrait bien trouver sa place dans le Far West du marché des vélos électriques, et son premier modèle devenir le Lucky Luke des VAE.