Actu

La réglementation des speedbikes

speedbike moustache

Vous aimez la vitesse, mais la règle des 25 km/h pour les VAE vous bloque ? Vous pouvez opter pour un speedbike ! Cependant, il y a quelques règles à prendre en compte. Je vous laisse découvrir la réglementation en France pour ce type de vélos électriques allant jusqu’à 45 km/h.

Quelle est la vitesse maximale pour un vélo électrique ?

Au regard de la législation européenne des bicyclettes, la vitesse pour les VAE est limitée à 25 km/h. Toutefois, elle peut aller jusqu’à 45 km/h pour les speedbikes. Pourquoi cette exception ? Tout simplement, car les speedbikes ne sont pas régis par la législation des VEA, mais par celle des cyclomoteurs.

Qu’est-ce qu’un speedbike ?

Le VAE45, speedelec ou speed-pedelec sont les autres appellations du speedbike. Ce type de vélo est une version débridée du vélo électrique. Il peut aller à une vitesse de 45 km/h ou plus, et il possède un moteur d’une puissance généralement comprise entre 300 W et 500 W, pouvant même aller jusqu’à 1000 W, contrairement aux VAE qui sont limités à 250 W.

Ce type de vélo électrique est semblable au scooter, mais la prise de vitesse dépend de votre motivation à pédaler ! Au-delà de ce « petit » détail, le speedbike est aussi plus léger et plus facile à transporter que le scooter.

Quel est le cadre légal en France pour les speedbikes ?

Posséder un speedelec requiert de respecter plusieurs conditions :

  • Il faut posséder un permis A, B ou AM.
  • Votre speedbike doit être assuré, immatriculé et muni d’une carte grise. Tout ceci vous est fourni par le magasin dans lequel vous l’avez acheté.
  • Il est obligatoire d’être muni d’un casque homologué cyclomoteur, de porter des gants identiques à ceux des motards et d’être équipé d’un gilet jaune quand on se trouve hors agglomération.
  • Votre speedbike doit posséder obligatoirement un feu avant, mais aussi un feu arrière s’allumant pendant le freinage.
  • Il est interdit de rouler sur les pistes cyclables, vous devez circuler via la route.

Que se passe-t-il en cas de non-respect de la réglementation ?

En cas d’accident subi ou responsable, votre assurance vélo électrique est susceptible de ne pas fonctionner. Quant aux autres infractions, elles pourraient vous coûter cher :

  • Le non-port du casque peut amener à une amende allant jusqu’à 750 euros et un retrait de 3 points sur votre permis.
  • Si vous ne portez pas de gants adaptés, une amende de 450 euros et un point en moins sur votre permis peuvent tomber.
  • Un défaut d’immatriculation peut vous coûter 750 euros d’amende.
  • Un speedbike non assuré, peut aller jusqu’à 3 750 € d’amende et il est possible que votre deux-roues soit immobilisé par les agents de police.
  • Si vous circulez sur une piste cyclable, vous pouvez être sanctionné par 150 € d’amende et une immobilisation de votre speedbike.
17 posts

About author
Originaire de Normandie, je suis une grande amatrice de promenades à vélo électrique ! Je partage ici mes découvertes pour aider les lecteurs à trouver leur vélo idéal.
Articles
Related posts
Actu

Hummer, un vélo électrique de BOURRIN !?

Hummer se lance sur le marché des vélos électriques ! Après la sortie du mastodonte pick-up électrique GMC Hummer EV, qui n’a…
Actu

Porsche lance 2 vélos électriques en collaboration avec Rotwild

Après presque 100 ans dans l’automobile de luxe, Porsche se lance dans le vélo électrique haut de gamme. Je vous présente ici…
ActuBon plan

Votre vieille voiture contre 4000€ pour acheter un vélo électrique, ça vous dit ?

Je vous en avais parlé rapidement dans notre dossier sur la prime de l’état pour l’achat d’un vélo électrique, l’état français a…

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *